19/08/2007

 

La haute définition en image ! Explications, termes techniques, tout savoir maintenant tout de suite ! un document jv.com remodelé  Nous vivons aujourd'hui l'avènement de la haute définition, un pas en avant que nous vous proposons de faire sans trébucher grâce au dossier qui suit. Sans chercher à établir une seule vérité dans un domaine où plusieurs solutions coexistent, notre volonté est de vous guider et de vous aider à faire votre choix en connaissance de cause, selon vos attentes, vos envies et votre budget. En ce qui concerne le ton, nous chercherons surtout à vulgariser les termes généralement utilisés afin d'être compréhensibles par le plus grand nombre.   

Comprendre les différents éléments d'une image

 La définitionOn ne peut pas aborder le vaste sujet de l'image vidéo sans comprendre ce qui constitue la définition. C'est un ordre de grandeur précis appliqué à chacune des normes en vigueur. Il correspond au nombre de lignes (axe horizontal) affichées par l'écran en question sur le nombre de colonnes (axe vertical) dont ce même écran dispose. Quand vous voyez sur un téléviseur une étiquette HD 1080, cela signifie que cet appareil affiche 1080 lignes, ce qui le place parmi les diffuseurs capables d'afficher des images de haute définition. La combinaison largeur x hauteur établie pour chaque diffuseur (qu'il s'agisse d'un poste de télé, d'un projecteur vidéo ou d'un moniteur d'ordinateur) est ce qu'on appelle sa "résolution native". C'est-à-dire que seule une image dont la résolution correspondra exactement aux chiffres en question sera diffusée sans être adaptée. Si la résolution de l'image diffère de la résolution native du diffuseur, il fera le calcul pour la diffuser dans les meilleures conditions. Imaginons que vous ayez un téléviseur HD Ready affichant donc 720 lignes, norme la plus représentée actuellement pour ce label. Si vous voulez y afficher une image définie en 1080 lignes, le résultat ne sera pas parfait car il sera recalculé. Il est donc important de veiller à la configuration de la sortie vidéo du lecteur utilisé : consoles, lecteur HD-DVD ou Blu-Ray. Autre chose qu'il faut savoir : en dessous de 720 colonnes, on est en définition standard et, à partir de 720, on passe en haute définition. 

Illustration montrant différentes définitions et leur correspondance au niveau des normes d'affichage (HD Ready...) La fréquenceSi jusque-là, tout est relativement simple, il faut bien savoir que les images d'un programme télévisé ou d'un jeu vidéo sont en mouvement et que donc, outre la notion du nombre de pixels affichés, la fréquence d'affichage a aussi son importance. En Europe, c'est le mode 50 Hz qui s'est imposé. Ce dernier veut simplement dire que ce sont 50 images à la seconde qui se forment sur l'écran. Mais tout cela est en train de changer puisque le mode 60 Hz en provenance des Etats-Unis et du Japon est en train de devenir la norme dans les jeux vidéo. Logique, puisque depuis une bonne dizaine d'année l'immense majorité des téléviseurs vendus en Europe sont compatibles avec le 60 Hz. Les avantages pour les jeux sont évidents en terme de fluidité car on obtient plus d'images à la seconde.Le balayageOutre le nombre de pixels d'une image et la fréquence d'affichage, un troisième élément a son importance, c'est le type de balayage utilisé. Deux options coexistent :-         le balayage entrelacé (interlaced scan) : ici, une image apparaît toujours en deux temps. En effet, l'écran ne l'affiche jamais dans son intégralité, puisqu'il la divise en deux "trames". La première est constituée des lignes impaires et la secondes des lignes paires. Le rythme de succession de ces demi-images est si rapide (50 fois par secondes en 50 Hz) que l'oeil humain n'y voit que du feu et qu'il ne perçoit donc que les images dans leur intégralité. C'est le phénomène de persistance rétinienne qui fait que l'oeil garde quelques centièmes de secondes une image vue, superposée à l'image qu'on est en train de voir, générant ainsi l'illusion d'une image complète. Ce type de balayage est symbolisé par la lettre "i". Vous verrez donc sur certains écrans le terme de 1080i pour signifier que l'écran en question est capable d'afficher 1080 pixels par colonne en entrelacé.-          

Illustration montrant le principe du balayage entrelacé. La même image est divisée en 2 "trames" qui s'affichent successivement à l'écran. Le rythme d'affichage est si rapide que l'oeil humain fusionne les deux pour reconstituer l'image. - le balayage progressif (progressive scan) : là, c'est plus simple, puisque une image s'affiche toujours dans son intégralité. On passe donc d'une image complète à une autre image complète. Un des avantages de cette méthode est qu'elle supprime les effets de scintillement que l'on peut constater en entrelacé. L'image est donc plus agréable à regarder. Ce type de balayage est symbolisé par la lettre "p". Vous verrez donc sur certains écrans le terme de "1080p" pour signifier que l'écran en question est capable d'afficher 1080 pixels par colonne en progressif. L'immense majorité des écrans d'ordinateurs, plasma, LCD et des vidéoprojecteurs supportent le balayage progressif. Les trois nouvelles consoles aussi (que ce soit la Playstation 3, la Xbox 360 ou la Wii). Il faut néanmoins veiller à ce que le câble qui relie votre téléviseur à votre console soit compatible, nous verrons cela dans la suite du dossier.

Illustration montrant le principe du balayage progressif. Ici, ce sont toujours les images complètes qui s'affichent à l'écran. 

Les normes des écrans

 SD (pour Standard Definition) : cette appellation désigne la norme de définition des images des écrans à tubes. Sa définition est notamment (mais pas seulement) de 720 lignes sur 576 colonnes. Ce ratio, 720x576, est celui d'une image 4:3 (prononcez "quatre-tiers"), c'est-à-dire les postes de télévision presque carrés qui ont précédés les postes rectangulaires diffusant en 16/9ème. La majorité des tubes cathodiques adoptent un balayage entrelacé.ED (pour Enhanced Definition) : Une des évolutions des écrans SD fut l'apparition de téléviseurs supportant le balayage progressif. Désignés par le sigle "ED", il ne s'agit pas encore de vraie haute définition, puisque la résolution ne change pas : seul le type de balayage est modifié.

HD Ready : label apposé sous contrôle de l'EICTA (association européenne veillant au respect des normes des appareillages d'information, de télécommunication et informatique grand public) qui désigne les diffuseurs (écrans...) répondant aux critères suivants :
  • - disposer de 720 lignes d'affichage minimum
  • - disposer des connecteurs analogiques YUV ou numériques DVI et HDMI
  • - pouvoir afficher le format 1280x720 en progressif (dénomination commune 720p) ou le format 1920x1080 en entrelacé (ou 1080i).
  • - et enfin, disposer de connecteurs DVI et HDMI compatibles avec la protection de contenu HDCP.
 Full HD : ce label désigne les diffuseurs disposant d'une définition native de 1920x1080 permettant de restituer sans recalculer les images à la norme 1080i. A l'heure actuelle, c'est la plus haute définition qui existe en matière de vidéo grand public. Le label Full HD ne veut donc pas forcémenent dire que votre écran sera capable de rendre du 1080p. Si vous souhaitez accéder à ce format, il faudra donc bien consulter la documentation technique de l'écran convoité.

La connectique

 Voici les différents standards de connexions (du moins performant au plus performant) que vous pourrez trouver pour relier votre console à votre écran. Le choix du câble est essentiel pour tirer le meilleur parti de votre matériel.Composite : c'est le standard le plus simple, le plus commun et le moins performant que vous puissiez trouver. C'est ce signal vidéo que transporte un connecteur RCA simple désigné par un habillage jaune et pourvu d'une seule broche ronde. On l'appelle composite car il rassemble les trois sources qui forment le signal vidéo (Y pour la luminance, U pour la chromimance et V pour la saturation) et les synchronise pour que leur fréquence soit adaptée à l'affichage. Cela fait beaucoup d'informations à transporter sur un seul vecteur ce qui engendre un manque de précision dans le traitement desdites informations. Attention, si le signal vidéo est effectivement porté par ce câble RCA jaune, il n'en est rien du signal audio. C'est pour cela qu'en général ce câble est lié à deux autres, un rouge et un blanc, qui servent à alimenter les deux canaux d'un système stéréo. Les câbles composites sont très largement répandus puisqu'on les trouve sur GameCube, Playstation 2, Xbox, Playstation 3, Wii et Xbox 360. Ils ne sont pas compatible HD.S-Vidéo (pour Separate Video) : à ne pas confondre avec S-VHS, cette norme désigne le système qui divise le signal vidéo sur deux canaux : l'un pour la luminance, l'autre pour la chrominance. En termes plus clairs, l'un transporte l'intensité lumineuse tandis que l'autre se charge des données qui définissent les couleurs : la chrominance (c'est-à-dire la couleur en elle-même) et la saturation (c'est-à-dire l'intensité de la couleur). En divisant le signal vidéo, cette norme offre des résultats logiquement supérieurs à ceux du composite. En pratique, il s'agit d'une petite prise ronde à l'intérieur de laquelle on trouve quatre minuscules broches (car chaque canal luminance/chrominance-saturation est doublé par sa masse) ainsi qu'un détrompeur, une sorte de petite broche rectangulaire qui permet d'insérer la prise dans le bon sens. Attention toutefois, tous les téléviseurs ne sont pas équipés de la prise femelle qui permet de brancher ce câble. De plus, une prise S-Vidéo ne transmet que l'image. Il faut donc lui ajouter de quoi transmettre le son. Comme pour le composite, le S-Vidéo n'accepte pas la HD. On trouve ce genre de câbles sur Playstation 2, Xbox, Playstation 3 et Xbox 360.Péritel (ou SCART) : le terme Péritel désigne la grosse prise rectangulaire que nous connaissons tous en Europe depuis qu'elle a fait ses débuts sur nos télés à l'aube des années 80. Elle est en revanche quasiment inconnue outre-Atlantique. En l'observant, on remarque qu'elle regroupe 20 broches auxquelles il convient d'ajouter le cerclage en métal, la partie qu'on insère dans l'appareil sur lequel on la branche et qui fait office de masse. Forte de ses 21 contacts (dont un tiers sont en fait des contacts de masse), cette prise peut véhiculer tout aussi bien des signaux vidéo de différentes natures : Composite, S-Vidéo, RGB que du son en stéréo. On modifie la nature du signal vidéo en configurant le matériel qu'on raccorde à sa télé. Ce n'est pas le câble qui régit la nature du signal vidéo. Si faire un tour par le menu de configuration ne vous fait pas peur, la Péritel reste donc un moyen fiable et permissif pour afficher le signal issu des consoles de l'ancienne génération. D'autant plus qu'en général cette prise était fournie par les constructeurs. Vous pouvez trouver du Peritel avec signal RGB sur Gamecube, Playstation 2, Xbox, Playstation 3, Xbox 360 et Wii. Mais impossible d'avoir accès à la HD avec ce type de connectique.Composante YUV : ce cordon de branchement rassemble en fait trois câbles : un Y pour la luminance, un U pour la chrominance et un V pour la saturation. A chacune de ses extrémités, on trouve trois connecteurs RCA, un par câble, chacun identifié par une couleur : rouge, verte et bleue. Chacun d'entre eux étant dédié à une seule tâche, ce système offre un débit et une qualité de rendu qui permet d'accéder aux critères de haute définition. Ainsi, il permet d'afficher du 720p ce qui correspond au HD Ready. En 1080p, les résultats sont déjà moins probants et l'image perd en netteté. Attention, ce câble ne transmet que le signal vidéo. Il faut donc ajouter de quoi transmettre le son. Le YUV est disponible sur GameCube, Playsation 2, Playsation 3, Xbox 360 et Wii.S-VGA : cette norme directement issue du monde informatique n'est pour l'instant présente que sur la Xbox 360. Adaptable, elle autorise des définitions élevées et variées. Attention quand même : ce type de prise est plus souvent présent sur les projecteurs vidéo et les moniteurs informatiques que sur les téléviseurs grand public.HDMI (pour High Definition Multimedia Interface) : nouveau standard de connexion des équipements haute définition. C'est un système de branchement entièrement digital qui diffuse à la fois de la vidéo haute définition ainsi que du son multicanaux via un connecteur de taille réduite rassemblant le plus souvent 19 broches. Ce système supporte tous les formats vidéo courants allant du 480p au 1080p. Il existe plusieurs normes de HDMI car c'est un système évolutif, donc paré pour faire face aux prochaines avancées techniques. Au moment où ces lignes sont écrites, on en est au HDMI 1.3 qui double la bande passante pour la porter à un débit de 10,2 Go de données par seconde. Pour l'instant, seule la PlayStation 3 est dotée d'une sortie HDMI. Toutefois, la version Elite de la Xbox360 en possédera une également. Voilà, j’espère que ces quelques mots vous aurons aidé, sur des termes quelques peu « techniques ». Un document jv.com remodelé. Xs_Dea et Tania 

14:45 Écrit par XS_Dea dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.