02/07/2006

 

Schumi, Indy, Vici

Formule 1 Etats-Unis 

Schumi, Indy, Vici

L'Allemand Michael Schumacher (Ferrari) a remporté le Grand Prix des Etats-Unis, dimanche, à Indianapolis. Il a devancé son équipier Felipe Massa (Ferrari) et l'Italien Giancarlo Fisichella (Renault), pour signer sa troisième victoire de la saison . Alonso (Renault) termine 5e.

La victoire de Michael Schumacher (Ferrari) devant son équipier Felipe Massa ne souffre pas la moindre discussion. Les deux monoplaces, estampillées du cheval cabré, ont dominé la course de la tête et des épaules, reléguant Giancarlo Fisichella (Renault) sur la troisième marche du podium. Fernando Alonso, le champion du monde en titre n'a jamais été en mesure de venir taquiner les leaders, l'espagnol se plaignant d'ailleurs à plusieurs reprises, pendant la course, de n'avoir aucune adhérence en piste.

Ferrari s'est donc offert un nouveau doublé sur la piste américaine, le cinquième depuis le retour de la F1, sur ce tracé, en 2000. Et le septuple champion du monde compte désormais 5 victoires à Indy dont 4 consécutives : 2003, 2004, 2005, 2006. Les chiffres sont donc implacables ! Ferrari est ici, quasi intouchable. Schumacher vient à Indy, il court et gagne... presque à chaque fois. "Nous avons été extrêmement bons tout le week-end. Nous nous étions très bien préparés pour les deux courses nord-américaines. Au Canada, cela n'a pas fonctionné, mais ici, au contraire, tout s'est très bien passé. Fernando (Alonso) est 5e, alors c'est une bonne opération au championnat."

 

19 points de retard

Grâce à cette troisième victoire de la saison, la 87e de sa carrière, Schumacher a repris du terrain à l'Espagnol Fernando Alonso (Renault) qui n'a pu terminer que 5e. Schumacher compte désormais 19 points de retard sur Alonso à huit courses de la fin du Championnat.

Parti de la pole position, Schumacher était doublé immédiatement par Massa qui s'était élancé à ses côtés. Alonso, 5e sur la grille, prenait un excellent départ pour venir menacer Schumacher dans les premiers hectomètres, sans succès

Derrière en revanche, un énorme carambolage a impliqué sept monoplaces et sept abandons immédiat : Heidfeld (BMW) qui avait escaladé la roue arrière droite de Jenson Button (Honda), était parti en tonneaux avant de s'arrêter dans le gravier, indemne.

 

Enorme carambolage

Au même moment, Montoya s'était empalé sur son coéquipier Räikkönen, obligeant les deux McLaren-Mercedes à abandonner. Autres victimes de ce premier accrochage ont pour nom: Webber (Williams), Speed (Toro Rosso), Klien (Red Bull Racing) et Montagny (Super Aguri). Button abandonne un peu plus tard.

Après cinq tours sous voiture de sécurité, les monoplaces ont repris la course, les deux Ferrari menant devant les deux Renault. Dans le tour suivant la relance, Sato (Super Aguri-Honda) et Monteiro (Midland) s'accrochent et abandonnent également. Alors que les deux Ferrari s'envolent, Fisichella dépose Alonso dans l'interminable ligne droite, au début du 15e tour. "Ce fut une course difficile, explique tranquillement Fisichella. J'ai perdu une place au départ au bout de la ligne droite (au profit d'Alonso), mais j'étais beaucoup plus rapide qu'Alonso et je l'ai doublé dans la ligne droite. Quant aux deux Ferrari, elles étaient trop rapides pour moi. J'étais plus constant qu'Alonso, il manquait d'adhérence et luttait un peu partout contre du sous-virage. Peut-être que les Bridgestone étaient mieux que nous aujourd'hui. Il n'y a que là (à Indianapolis) que les Ferrari ont été plus rapides que nous. Ferrari est une équipe forte, capable de toujours attaquer, mais Renault aussi. Donc je ne suis pas trop inquiet."

Puis au 24e tour, nouvel abandon: Jacques Villeneuve (BMW Sauber), est alors 7e. En profitant du premier ravitaillement, Schumacher prend la tête de la course pour ne plus la quitter. " Nous pouvons seulement espérer conserver ce niveau de performance pour les prochaines courses, estime Schumacher. Il y a beaucoup de points à rattraper, mais, compte-tenu de la performance de Felipe (Massa), je pense que nous pouvons le faire. L'an dernier, nous étions six au départ et six à l'arrivée, cette année nous finissons à neuf, ce n'est pas beaucoup plus.

Alonso que l'on aura peu vu pendant ce week-end américain, dispose toujours d'une marge de sécurité confortable avec 19 points d'avance, mais à Magny-Cours, dans 2 semaines, à l'occasion du GP de France, les monoplaces de l'écurie française devront retrouver leur allant sous peine d'enregistrer une désillusion terrible, à domicile. Sans doute, Michelin sera un peu plus à la fête sur le circuit de la Nièvre.

Mais attention, Schumacher compte déjà 7 succès à Magny-Cours. Il est le seul pilote à avoir réussi cet exploit. Et vu son fort penchant pour la victoire...

 

 

SOURCE EUROSPORT.fr

22:48 Écrit par XS_Dea | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.