13/05/2006

 

Match à deux ou à trois ?

Formule 1 Espagne live

Match à deux ou à trois ?

Ferrari et Renault sont prêtes à se livrer une bagarre serrée lors de la qualification du Grand Prix d'Espagne. Avec éventuellement Honda en arbitre...

Montmelo est nouveau terrain de jeu de Ferrari et de Renault, ce week-end. Les deux équipes ont monopolisé les cinq dernières victoires et le dernier entraînement a suggéré que les équipes italiennes et françaises allaient se disputer la sixième. Du moins la plus meilleure place de départ pour y parvenir. Quoique. Erratique depuis le début du championnat, Honda pourrait troubler cette certitude.

Dès la 22e minute, samedi matin, les Rouges ont en effet montré les dents, Felipe Massa s'accaparant le meilleur temps des libres 3, en 1:18.704, puis Michael Schumacher, en 1:17.174. Une confirmation de l'impression de la veille, avec bientôt Jenson Button (Honda) et Fernando Alonso (Renault) en garde rapprochée du septuple champion du monde.

Puis, Honda est venue perturber les pronostics à mi-séance, quand Button, le poleman du GP d'Australie, fût le premier à descendre sous les 1:17.000, d'un millième. Une sensation figutive, en fait car Massa en a vite rajouté une couche à l'attaque de son deuxième run, en 1:16.410.

Barrichello prêt lui aussi

Ferrari, Honda et Renault dans la partie, McLaren n'a pas donné le sentiment de pouvoir vraiment perturber le match à trois en envoyant Kimi Räikkönen planter une banderille, en 1:16.756, à l'orée du dernier quart d'heure. Une 3e position néanmoins pas complètement convaincante.

Avantageusement chaussé de pneus neufs, Red Bull s'est soudain réveillé, David Coulthard tournant en 1:16.352. Un inattendu triplé des V8 Ferrari (Christain Klien 5e) avant que Rubens Barrichello ne retrouve en 1:16.399 sa vigueur du Nürburgring, où il avait été en qualification pour la première fois le meilleur de son nouveau clan.

Encore des conditions idéales -trop?- pour Red Bull, avec cette fois Christian Klien dans le rôle de envoyé spécial ? Objet de rumeurs infondées à propos de son remplacement par Robert Doornbos, ce dont le taureau rouge s'est gaussé samedi, l'Autrichien a montré qu'il pouvait taper encore fort le temps d'un tour clair, en 1:16.277. Avec la morgue qui le caractérise, l'Autrichien a commenté l'affaire en confiant que Red Bull continuerait de le soutenir moyennant des performances en rapport avec celles de David Coulthard. Et selon lui, il n'y a pas photo en ce moment... Tout ça emballé dans un grand sourire...

Alonso fébrile

En attendant, on se doutait bien que Renault n'allait pas en rester là. Dans le money time, les champions du monde étaient curieusement aux aguets, avec un Fernando Alonso étrangement fébrile -deux gros écarts de trajectoire- et un fringant Giancarlo Fisichella, propulsé de lui-même au sommet en 1:15.707.

Le champion du monde 2005 incapable de surpasser son N.2 -la pression du peuple Alonsomaniaque ?-, Ferrari a finalement repris la main avec Schumi, en 1:15.658. 0.049 sec de mieux.

Nick Heidfeld (BMW) rentré dans le top 3 final, on restera sur l'impression d'une bataille à deux ou à trois qui se prépare pour la pole position, avec un match serré entre Ferrari et Renault, et Honda en arbitre.

Toutes les infos

14:58 Écrit par XS_Dea | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.